On Air
Ecoute ce disque ! 100% chanson française !
Home

Ecoute Ce Disque – épisode 1

1 mai 2017 Actu Cap'Radio Ecoute Ce Disque


Janvier-Mars 2017

Pour cette première émission, Richard Roux nous parle des artistes :

  • Paradis
  • Cléa Vincent
  • Marvin Jouno
  • Bengale
  • Ladylike Lily
  • Alain Souchon

L’émission :

(la version podcast ne contient que des extraits des titres, écoutez l’émission dans son intégralité sur Cap’Radio tous les jeudi à 20H00)

–        Le groupe Paradis

Si cela fait maintenant quelques années que les chanteurs et chanteuses de pop chez nous, osent à nouveau le français, on ne pouvait pas en dire autant des musiciens électroniques. Du moins jusqu’à Paradis. Simon Meny et Pierre Rousseau se sont rencontrés à Saint-Germain-des-Prés lors d’une soirée et n’auraient pas pu mieux choisir leur nom. Après une formation classique, les deux compères font un détour par le punk et le hip-hop à l’adolescence avant de tomber dans le bain de l’électro. Simon et Pierre écrivent et chantent sur tous les morceaux, quand ils ne reprennent pas carrément « La Ballade de Jim » d’Alain Souchon dans une version complètement inédite. La force simple des textes suffit à suggérer un romantisme léger.

En savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradis_(groupe)

 

–        Cléa Vincent

Bien avant que la France ne saute à pieds joints dans la “french pop” (Aline, Pendentif, Granville…), Cléa Vincent roulait déjà sa bosse de café concert en club parisien pour dérider un public de curieux à coups de mélodies synthétiques et faussement naïves. Dans son jukebox d’inspirations, on retrouve notamment des poids lourds de la chanson française comme France Gall,  Michel Berger ou Véronique Samson. En s’entourant de Raphaël Léger (batteur de Tahiti 80) comme co-compositeur et arrangeur de son premier album, la Parisienne choisit la voie du dancefloor plutôt que celle de la guinguette, et c’est tant mieux.

En savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9a_Vincent

–        Marvin Jouno

Marvin Jouno a publié en 2016 « Intérieur nuit », un premier album intime et maîtrisé. Il se place en premier héritier solide de Benjamin Biolay. Il est donc ici question de mélancolie, d’amours déçues, de plus ou moins de romantisme et de cynisme … mais beaucoup de sensibilité. Dans sa banlieue de la classe moyenne, il est élevé aux classiques de la chanson française, de Ferré à Daho  et Bashung, en grandissant, il s’intéresse au monde de la pop. Il découvre Björk et Radiohead entre autres. Il l’étudie le cinéma pendant ses études supérieures jusqu’à devenir décorateur, métier qu’il pratiquera pendant près de dix ans. En parallèle, il continue   d’écrire et de composer puis,  oublié par une industrie trop lourde pour lui, il finit par délaisser le cinéma pour s’abandonner à ses envies de musique.

Pour en savoir plus : http://www.marvinjouno.com/

–        Le groupe Bengale

Bengale c’est … Mickael GACHET, Romain SANDERRE, des jeunes garçons qui ont de la pop une idée pure,  pas du tout naïve, discrètement électronique, capable de petits tours classiques, en fait ils sont six jeunes gens aux manettes qui prouvent qu’ils savent écrire de très beaux morceaux.

Pour en savoir plus : https://fr-fr.facebook.com/bengalemusique/

 

–        Ladylike Lily

Sous l’intitulé Ladylike Lily, Orianne Marsilli native de Rennes (ville des Transmusicales, Daho etc …) s’était essayée dans un premier temps, au folk et aux mélodies cotonneuses en anglais. En 2016, elle revient avec un nouveau projet  pour présenter cette fois des mots en français et un tournant pop. Elle dit elle-même « pour ainsi apporter plus de transparence dans les textes et avoir une nouvelle matière à travailler”.

Pour en savoir plus : http://www.ladylikelily.fr/

–      Alain Souchon

Pour finir une version originale par un de ceux qui marquera la chanson française des dernières décennies et que ne renient pas les nouveaux …

Pour ceux qui ne connaissent pas 🙂 : http://www.alainsouchon.net/

Alain Souchon reprend aujourd’hui son tube avec son partenaire musical de toujours Laurent Voulzy, en prélude un document vidéo montrant un moment de l’élaboration de ce titre.